Ivresses poétiques

Une ivresse poétique est un récital consacré à l’oeuvre d’un·e poète·sse, ou à un répertoire poétique cohérent, exécuté en direct devant le public, par un·e musicien·ne et un·e comédien·ne réuni·es spécialement pour l’occasion.
Ce sont des formats courts, des miniatures d’une heure environ, dont le rapport et l’allure sont celles d’un petit concert de musique de chambre. Au dispositif simple et franc des interprètes et de leur instrumentarium, s’ajoute un dispositif d’éclairage léger, visant à favoriser l’écoute des spectateurs. L’expérience est dans la performativité du poème.
La partition musicale et la performance vocale font l’objet d’une création spécifique à chaque programme de textes choisis (chaque récital). Ces derniers sont produits par la compagnie de théâtre Ultima Necat, en partenariat avec l’Espace Koltès scène conventionnée d’intérêt national de Metz, et sont portés à son répertoire.

#3 R.M. Rilke
Accordéon: Emilie Škrijelj
Voix: Lee Fou Messica & Gaël Leveugle

Oh! bienheureuse la petite créature
qui toujours reste dans le sein dont elle est née;
bonheur du moucheron qui au-dedans de lui,
même à ses noces, saute encore: car le sein
est tout.  Et vois l’oiseau, dans sa demi-sécurité:
d’origine il sait presque l’une et l’autre chose,
comme s’il était l’âme d’un Etrusque
issue d’un mort qui fut reçu dans un espace,
mais avec le gisant en guise de couvercle.
Et comme il est troublé, celui qui, né d’un sein,
doit se mettre à voler!.  Comme effrayé de soi,
il sillonne le ciel ainsi que la fêlure
à travers une tasse, ou la chauve-souris
qui de sa trace raie le soir en porcelaine.
Et nous: spectateurs, en tous temps, en tous lieux,
tournés vers tout cela, jamais vers le large!

#2 Christophe Tarkos
Percussions: Seijiro Murayama
Corps et Voix: Gaël Leveugle

Amour

8

Comme je t’aime, comme je t’aime, dieu seul sait combien je t’aime, loin de toi, je t’aime d’un amour si fort, de toute mon âme, je t’aime plus que tout, loin de toi, dieu seul sait combien je t’aime, l’éloignement est une douleur, car mon amour est si fort et tu ne le sais pas et je t’aime encore et encore, tu ne sais pas que je t’aime, et je t’aime de toutes mes forces et de toute mon âme et je prie dieu de t’aimer, de t’aimer, toi qui ne le sais pas, je t’aime tant, qui te le dira, je t’aime plus que ma vie, plus que l’éloignement, et dieu seul sait combien je t’aime, je t’en aime encore et encore toi qui es si loin de moi, je t’aime d’un amour si entier.

#1 Vélimir Khlebnikov
Musique: Jean-Luc Guillonet
Voix: Gaël Leveugle

LES NOMBRES


Attentivement je vous fixe, ô nombres !
Vous me paraissez habillés comme des bêtes dans leurs
 peaux,
De la main appuyés sur des chênes déracinés.
Vous faites don de l’unité entre le lent serpentement
De l’échine de l’univers et la danse de la libellule,
Vous permettez de compter les siècles comme les dents
 d’un rire bref.
À présent mes prunelles s’ouvrent fatidiquement
Pour savoir ce que Moi sera quand son dividende est
 l’unité.
                                           (1912)